Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 10:43

Youpiiiie ! Ce matin, le soleil brille dans le ciel, et mon moral aussi est ensoleillé. J'ai vu le médecin (qui ne consulte pas le samedi et qui donc était en tenu jean-tee shirt - j'ai failli pas le reconnaître) et je suis aux anges : je réagis très bien au traitement hormonal, tout est parfait ! Ca m'a fait tellement plaisir d'entendre ça, j'ai un sourire accroché au visage depuis tout à l'heure. Qu'est-ce que ce sera le jour où je tomberai enceinte !

 

Du coup, ce soir à 18h, j'ai le droit à ma piqure d'Ovitrelle pour déclencher l'ovulation ! Go, go, go !

 

Repost 0
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 15:51

Après avoir attendu pour faire mes fameuses analyses hormonales, je dois maintentant attendre demain matin pour voir le médecin !

 

Bonne nouvelle : j'ai bien répondu aux hormones injectées toute la semaine, mais il faut encore que je me fasse une piqure ce soir. Demain matin, une échographie permettra de dire si les follicules ont  atteint une bonne taille. Le médecin sera alors en mesure de me dire quand faire l'injection déclanchant l'ovulation !! Youpie !! Et là, je clouerai au lit mon Homme pendant deux jours... Mais ça, je ne vous raconterai pas !9110917-portrait-d-une-femme-responsable-avec-watch-au-bure

Repost 0
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 17:47

Le compte à rebours s'est lancé dans ma tête : demain matin, prise de sang pour contrôler le taux d'hormone. J'ai tellement hâte de passer à la phase 2 du processus : le déclenchement d'ovulation !

 

J'ai du mal à penser à autre chose là... Croisez les doigts pour moi, et dans tous les cas, je viendrai en parler ici !nudna-praca-2

Repost 0
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 11:24

Je ne sais pas pourquoi j'ai tant tardé à écrire ce billet. Ce n'est pas que je n'en avais pas envie, mais peut-être que je n'en avais pas le courage. Mais là, ce matin, je me lance.

 

Depuis vendredi dernier, j'ai enfin commencé mon traitement hormonal ! Un traitement qui se fait par injection sous-cutanée. Ce sont donc des piqures que je me fais moi-même dans le ventre. Si j'avais été filmée le soir de la première injection, je pense que j'aurais fait un carton sur Youtube ! Je me suis sentie comme Rambo, quand il se recoud tout seul, dans la jungle.

 

Mise en situation : Je suis dans mon salon, ma jungle à moi, entre les magazines et les restes de Fraises Tagada de mon Homme. 1ere étape : lire et comprendre le mode d'emploi du stylo injecteur. 2e étape : désinfecter tout le matos et mon ventre. 3e étape : préparer le stylo, 4e étape : halluciner sur la longueur de l'aiguille du stylo, 5e étape : respirer 6e étape : respirer 7e étape : piquer la peau avec l'aiguille et halluciner de la voir s'enfoncer. 8e étape : commencer à appuyer, très maladroitement, sur le stylo pour injecter le produit, 9e étape : se rendre compte grâce à l'Homme qui observe en soutien, que l'aiguille n'est pas enfoncée jusqu'au bout, 10e étape : arrêter d'appuyer, pour mieux faire pénétrer l'aiguille et continuer d'appuyer, le tout en soufflant comme un buffle, 11e étape : retirer l'aiguille et se sentir Rambo.

 

Tout ça, avec les encouragements de mon Homme, qui n'en revenait pas que j'aie réussi à me faire une piqure toute seule, lui qui déteste les piqures. Du coup, je me suis sentie Wonderwoman aussi !

 

Bref, j'en suis à 5 injections, et je fais ça comme une pro maintenant.

 

Maintenant, j'attends de faire ma prise de sang de contrôle et l'échographie qui me dira si mes follicules sont prêts à devenir des ovules (youpie, une autre piqure !).

 

Sinon, tout va bien. Je ressens une gêne dans le bas du ventre, quelques tiraillements, mais rien de méchant. J'espère que ça fonctionnera bien tout ça... Je vous laisse, je vais aller faire un parcours du combattant dans la forêt, sous la pluie.

 

rambo10.jpg

Repost 0
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 19:51

Je compte les jours en ce moment. J'ai plusieurs objectifs en tête : début du Duphaston, début des injections, première injection d'ovitrelle, première ovulation... Tout tourne autour de ces dates. Des amis nous proposent d'aller dîner le 14 septembre ? Je ne peux m'empêcher de penser "tiens, ce sera début de mon cycle". Le 21 septembre ? 3 jours avant l'ovitrelle. Et ainsi de suite.

 

J'ai l'impression de ne faire que ça, attendre. La grande leçon de mon aventure, c'est bel et bien la patience que j'apprends à la dure. Et pourtant, je suis plein de chose, mais pas patiente. Du tout. Enfin, je le suis finalement, bien obligée ! Mais j'en ai marre là tout de suite. J'en ai marre d'être raisonnable, d'être patiente.

 

Ce soir, j'ai envie de pleurer, de crier, de m'énerver. Mais contre qui ? Mon Homme ? Il n'a rien fait de mal. La nature ? Oui ! La vie ? Aussi. Moi-même ? Oui. Au fond, c'est de ma faute. Je ne l'ai pas fait exprès, ça pourrai être pire, mais finalement c'est bien à cause de mes hormones que je ne tombe pas enceinte.

 

Allez, j'arrête la séance d'auto-apitoiement. Je cris un bon coup, et je vous laisse : AAAAAAAHHHHHHHH !!! BORDEEEEL !! (ça fait du bien quand même)woman-screaming-for-help.jpg

Repost 0
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 14:21

Précédemment dans En route vers la maternité... Après 9 mois de tentatives infructueuses pour tomber enceinte, j'apprends qu'un déréglement hormonal m'empêche d'ovuler plus de 2 ou 3 fois par an. Après des examens visant à s'assurer que rien d'autre ne cloche ni chez moi, ni chez mon Homme, j'ai revu mon médecin.

 

Le médecin m'a expliqué que j'avais le choix : patienter ou commencer un traitement hormonal. Après lui avoir demandé quels étaient les effets secondaires, j'ai accepté.

 

Dès mon prochain cycle (qui sera déclenché par du Duphaston), j'entamerai donc les injections d'hormones FSH (Puregon). Après 7 jours, une échographie et une prise de sang, j'aurai le droit à une injection d'Ovitrelle pour déclencher l'ovulation 36 heures plus tard.

 

Ce traitement marque mon entrée officielle dans un processus de PMA (procréation médicalement assistée). Et j'avoue que cela m'impressionne. Je n'aurais jamais imaginé devoir passer par là pour avoir un bébé. Je repense à ces années de pilule... Ces années à m'inquiéter de l'avoir oubliée un soir, à me ruer dans une pharmacie de garde parce que j'ai oublié d'emmener ma plaquette en week-end...

 

J'appréhende. J'espère que ce traitement ne sera pas trop contraignant. Cela représente une semaine par mois... J'appréhende surtout la douleur des injections à me faire moi-même. Je sais que si on peut se le faire, c'est que ça ne doit pas faire mal, et que ce n'est pas compliqué. Mais j'appréhende aussi les effets secondaires.

 

Quoi qu'il en soit, je sais que ça vaut le coup. Mardi soir, j'ai regardé Baby Boom sur TF1. Parmi les jeunes mamans, il y avait une femme de 32 ans, enceinte de jumeaux, qui comptait un parcours long de 7 ans pour arriver à tomber enceinte. Son émotion, celle de son mari, était contagieuse. Je me suis vue et espérée à sa place. Ses mots auraient pu être les miens. Surtout quand elle a dit que la nouvelle d'attendre des jumeaux avait été comme une récompense pour elle et son mari. Une récompense pour les efforts, les peines endurés. Cette femme, ces femmes, qui ne savent pas trop ce qui leur arrive, qui sont submergées par l'amour de l'enfant qu'elles mettent au monde. C'est moi. Ce sera moi.

Repost 0
19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 20:27

L'attente est enfin terminée. Et mes espoirs aussi. Dommage, j'ai bien aimé cette dizaine de jours pendant laquelle je ne savais pas si oui, ou non j'étais enceinte.

 

Le suspense a pris fin cette semaine. Je ne suis pas enceinte. C'était la première fois depuis 8 mois que j'avais un vrai doute. Je savais que quelque chose se passait dans mon corps, je savais que j'avais ovulé (ce qui n'arrive que très rarement chez moi, je ne suis pas habituée), et je n'avais qu'à attendre.

 

Heureusement, quand mes règles sont arrivées, parce que c'est bien ce dont il s'agit, je quittais le bureau pour aller à ma fameuse séance de zumba que j'adore. Après avoir hésité, je suis quand même allée au sport. Et bien m'en a pris. Plutôt que de me laisser aller à penser, j'ai préféré me vider la tête. Résultat, pas une larme, que de la sueur !

 

Et jusqu'à présent, ma stratégie a fonctionné. Je suis déçue, bien sûr, mais j'essaie de ne pas y penser plus que quelques minutes (c'est pour ça que je n'ai pas écrit sur le blog depuis une semaine, j'avais peur de ce que ça allait me faire). Le fait d'avoir rendez-vous lundi avec mon médecin afin de -certainement- commencer un traitement de Clomid joue aussi beaucoup dans ma façon de gérer ça. Pas sûr que je le vive aussi bien les prochaines fois... si prochaine fois il y a bien sûr !no-no-no.jpg

Repost 0
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 10:09

Depuis 1 an que je suis en essais bébé, LA chose qui m'énerve le plus, c'est l'incertitude. Une interrogation qui vient régulièrement me hanter l'esprit : je suis enceinte, là... ou pas ? Pour le moment, ça a toujours été "ou pas". Mais les faux symptômes sont là !

 

Depuis une petite semaine, c'est ce que je vis. J'ai quelques symptômes de grossesse, mais qui pourraient tout aussi bien n'être rien comme les dernière fois. Alors je patiente. J'attends de voir si ça se confirme pour aller faire un test. Pas envie de le faire trop tôt et d'être déçue. En même temps, déçue, je le serai forcément.

 

Je me voile la face en fait. Si je ne fais pas ce fameux test tout de suite, c'est que ça me plaît d'avoir cet espoir, j'ai envie de conserver ce doute le plus de temps possible. Pas envie de me réveiller !

 

dreams.jpg

Repost 0
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 16:50

Première chose pour commencer, l'examen s'est bien passé, et les résultats sont bons. Passons maintenant au déroulé des opérations.

 

Déjà, prendre le rendez-vous n'est pas une mince affaire. Il faut le faire précisément entre les jours 8 et 13 du cycle. Pas question de perdre du temps pour prendre le RDV.

 

Ensuite, il faut passer à la pharmacie. Le truc tordu, c'est que le centre où j'ai fait mon examen m'a demandé d'acheter mon propre spéculum. Comme l'impression de fournir moi-même mon instrument de torture.

 

Place alors à la phase préventive, avec antibiotiques et désinfectants au programme. Sous forme d'ovule. A mettre dans le vagin, donc. Glamour.

 

Le jour J arrive. Le stress monte. Surtout que d'après une amie et les forums sur Internet, bein ça fait mal. Même si certaines disent n'avoir rien senti. Je croise les doigts pour faire partie de cette poignée de chanceuses.

 

Arrivée dans le centre de radiologie, première surprise, que des femmes de partout. En même temps, j'aurais dû m'y attendre. Bref, c'est enfin mon tour. Une femme me fait entrer dans une salle d'examen. Je me déshabille, et je m'installe sur la table d'examen. On commence par une série de clichés. Puis elle me dit qu'elle va chercher le médecin qui va pratiquer le reste de l'examen.

 

Là, il arrive. Et surprise, il est beau. Genre le dr Carter dans Urgences. Blond foncé, les yeux bleus, sourire ultra-brillant. Beau, quoi. Du coup, ça m'a fait bien sourire intérieurement. Une bonne chose avant de commencer cet examen, n'est-ce pas ?

 

Le dr Carter me demande depuis combien de temps j'essaie d'avoir des enfants. Je lui réponds et j'ajoute qu'en avoir un déjà ce serait pas mal (rapport au fait qu'il me parle de bébés au pluriel). Il me sourit. hihihi (ça c'est ce que j'ai fait dans ma tête). Mais je n'ai pas fait la maligne plus longtemps.

 

Place à l'examen. Cela commence par un toucher vaginal. Ok. Puis, on installe le spéculum. Ook. Là, on me prévient que l'injection de la solution iodée peut être "désagréable", un peu "comme lors du premier jour des règles". Ah ah ah. Alors je le dis tout de suite, heureusement que je ne ressens pas ça à chaque fois que j'ai mes règles ! La douleur est effectivement semblable à celle des règles, mais dans mon cas, en version X10. Je souffle, pour essayer de me détendre. Le médecin me dit que la douleur ça va s'estomper. Elle s'estompe.

 

Et là, deuxième effet kiss-cool : une autre douleur arrive. Cette fois, j'ai l'impression d'avoir un bloc, comme une brique dans le bas du ventre. Ca me coupe le souffle. Je me demande si c'est ce à quoi ressemble une contraction, une vraie. Si c'est le cas, juste une chose à dire : oh merde alors. Pendant ce temps là, le médecin prend les clichés des radios. A ce moment-là, il ne faut plus respirer. Pas si facile. La douleur revient, les larmes me montent aux yeux. Le médecin dit à l'assistante que le produit n'a pas l'air de passer à gauche... ah si c'est bon. La brique commence à moins se faire sentir.

 

Mais il faut bouger. Se mettre sur le côté pour prendre une autre radio. Ah ah. Tout ça, avec le spéculum bien en place, je vous le rappelle. Ah ah ah. Après, c'est fini. Le Dr Carter me demande si ça va. Je dis oui oui. Il me retire le machin. Et me dit de rester un peu allongée le temps de reprendre mes esprits. Ok. Mais l'aventure n'est pas finie. Il faudra faire une dernière radio, "dans 20 minutes". En attendant, j'ai le droit de rester allongée. 20 minutes, dernier cliché.

 

Quelques minutes plus tard, le dr Carter m'appelle pour me donner les résultats. Tout va bien. Rien d'autre que ma dystrophye ovarienne ne cloche. Ouf. Retour dans le métro. Une légère douleur dans le bas ventre. Et pour le coup, là oui ça me rappelle les douleurs des règles. Next.carter.jpg

Repost 0
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 10:25

Après un temps de réflexion, j'ai décidé de consulter un autre Dr, pour avoir son avis. Celui-ci, chaudement recommandé par l'une de mes meilleures amies, a en plus l'avantage d'être à 10 minutes à pied de chez moi. Oui, ça compte.

 

Jeune, très doux et pédaguogue... et surtout compréhensif ! Ce médecin m'a plu, il a eu l'air de comprendre mes interrogations, mon mal-être en quelque sorte. Quand je lui ai expliqué la situation, il a été étonné de mon "traitement". Il m'a proposé de faire une hysterographie pour être sûr que ma dystrophye des ovaires ne s'accompagnait pas d'autre chose, et aussi de faire passer un spermogramme à mon Homme. J'ai accepté, mon Homme aussi.

 

C'est aujourd'hui, dans quelques heures que je passe l'examen. Et je flippe. Je me dis que ce serait vraiment pas de chance d'avoir 2 trucs qui clochent... Mais bon, je flippe quand même.

 

Faut pas rêver, mon doc est jeune, mais ressemble pas à "ça", hein :patrick-dempsey-en-docteur-mamour_28073_w460.jpg

Repost 0

Présentation

  • : C'est pas la mère à boire
  • C'est pas la mère à boire
  • : Les aventures d'une jeune femme qui essaye d'avoir un bébé, tout en gardant le sourire malgré les difficulté. Car faire un bébé, c'est pas la mer à boire, si ?
  • Contact

Vous aimez ? Votez !

Recherche