Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 22:03

Ca y est. Cela fait un an.

 

Un an. 12 mois. 52 semaines. 365 jours.

 

Un an que j'ai décidé d'arrêter la pillule. Un an que je pense à avoir un bébé. Un an que je rumine. Un an que je pleure à intervalles plus ou moins réguliers. Un an. Putain, un an ! Cela me paraît beaucoup et peu à la fois. Foncièrement, je suis la même que l'année dernière. Mais pas tout à fait la même quand même.

 

Ce qui a changé ? Je ne regarde plus les enfants de la même façon, je surveille mon corps attentivement, je compte des jours qui sont devenus des semaines et des mois, je doute, je ris, je fais comme si. Comme si rien n'avait changé, comme si j'étais la même, comme si je ne comptais pas les jours et les semaines, comme si je ne remarquais pas les ventres ronds et les enfants dans les poussettes, comme si ce n'était pas grave. Comme si. Comme si je ne luttais pas contre les larmes. Comme si je n'étais pas morte de trouille. Comme si je ne me sentais pas seule. Comme si je relativisais. Comme si... ça ne faisait pas un an que j'imaginais mon ventre s'arrondir, mes bras accueillir un bébé. Comme si je n'imaginais pas à quoi il pourrait ressembler, comme si je ne pensais pas à des prénoms. Comme si.

Repost 0
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 00:56

Précédemment dans La Route vers la maternité... Mère à Boire découvrait qu'elle avait une dystrophie polykystique des ovaires. Aujourd'hui, elle découvre des effets secondaires... dont elle se serait bien passé !

 

Bon, je j'arrête d'écrire à la troisième personne, ça me fait trop bizzare.

 

Je reprends. Depuis que j'ai appris que si je n'arrivais pas à tomber enceinte c'est à cause d'ovaires polykystiques (qui n'ovulent pas toujours, c'est-à-dire environ 3 fois par an), j'ai découvert des effets secondaires plutôt désagréables prenant la forme de poils disgracieux et de boutons d'acnée. J'aurais peut-être dû vous prévenir, c'est un billet 100% glamour.

 

Quand le médecin m'a annoncé que j'avais cette petite anomalie (épisode de 2 de la saison 1), il m'a mis la puce à l'oreille en me demandant si j'avais des problèmes de pilosité "mal placée", comme "sur la poitrine". Comme ce n'est pas le cas (et j'espère que cela restera comme ça), je ne me suis pas plus inquiétée que ça.

 

En cherchant des informations sur les dystrophies polykystiques, j'ai mieux compris ce qu'il voulait dire : visiblement, les femmes atteintes de ce problème (d'origine hormonale) ont souvent une pilosité importante à des endroits normalement réservés aux hommes, mais aussi de l'acnée, la voix grave et des problèmes de poids.

 

Je me croyais à l'abri, n'ayant aucune de ces caractéristiques (Dieu merci). Mais j'oubliais un détail : cela fait 10 ans que je prends la pilule. 10 ans donc que les symptômes sont cachés. Mais ils se rattrapent.

 

Les boutons, ils ont fait leur apparition. Pas nombreux. Mais pour moi qui ai la chance de n'avoir jamais un bouton, c'est difficile à vivre.

 

Même chose pour la pilosité excessive. J'ai remarque hier une ombre au-dessus de ma lèvre. Après inspection complète, il semble bel et bien que mon duvet soit un peu plus foncé que d'habitude... Dur !

 

Pour les boutons, même chose. Je ne ressemble pas encore à une Miss Calculatrice, mais avoir ne serait-ce qu'un point rouge sur le front, me donne le cafard.

 

Le seul point positif que je peux retenir, c'est... je ne trouve pas en fait !174b21c230d03a2c94c041ae50450e06_w350.jpg


Repost 0
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 00:09

Dans l'épisode 2 de la saison 1 de La Route vers la maternité est semée d'embûches, on découvrait le dr Echo et sa drôle d'idée : me réconforter de mes ovaires en kit... en me montrant des photos de bébés ! Ah ah ah. Même pas mal.

 

Flashback : Je suis dans son cabinet, dans une position ô combien confortable, et lui, procède à l'échographie (pelvienne, sinon, c'est pas drôle). Là, ,il prononce 4 petits mots qui m'ont bouleversée : "A, c'est pas normal". Tout content de sa découverte, limite enthousiaste, il me dit : "Regardez. Vous voyez les petites tâches noires dans vos ovaires ?" Oui... "Eh bien, il ne devrait pas y en avoir autant". Bien, bien, bien...

 

Pendant qu'il me dit tout ça, et qu'il se met à compter à haute voix les fameux micro-kystes, mes yeux piquent. J'essaie de me contenir, de respirer calmement. Mais là, il arrive à 30. Et je ne sais pas pourquoi, mais j'ai trouvé que c'était beaucoup. Une larme s'est échappée. J'allais essayer d'en rester là, mais Dr Echo a capté que je ne disais plus rien. Il voit mes larmes émergentes. Alors bien sûr, il me dit : "Oh, mais faut pas pleurer ". L'effet a été immédiat : les vannes se sont ouvertes, c'étaient les grandes eaux.

 

Là, regard paniqué du Dr Echo. Qui essaye de me réconforter, de me rassurer. Et là, il me sort sa Grande Idée : me montrer des échographies 3D. Oui, oui. Alors que justement à ce moment-là, je suis persuadée que je n'aurai jamais de bébé. "Tenez, regardez ces photos, ça va vous redonner le sourire." Son idée était tellement saugrenue que je me suis ressaisie. Et j'ai souri. Parce que, bon c'est vrai que c'est mignon ces bébés qui grimacent et sourient in-utero.3d.jpg

Repost 0
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 12:55

Scène d'ouverture : 9 mois après l'épisode 1, 1 fille dans le cabinet du docteur Bébé

 

- Ah bonjour ! La dernière fois, vous étiez venue avec un désir de maternité... Alors ?

- Eh bien, justement, ça ne marche pas. Après avoir retrouvé un cycle, 3 fois... plus rien. Mais je ne suis pas enceinte.

- Pas de règles depuis 4 mois ? Ca fait long, on va regarder ça.

 

Quelques minutes plus tard.

 

- Je ne vois rien d'anormal, mais il faut faire des examens complémentaires. Je vous prescris du Duphaston pour déclencher vos règles. Puis vous ferez une échographie pelvienne et un bilan sanguin hormonal.

 

Ecran noir. 15 jours plus tard, dans le cabinet du dr Echo

 

- Votre utérus est normal. On va passer aux ovaires... Ah. C'est pas normal ça. Vous n'avez pas vos règles tous les mois, c'est ça ? Ca ne métonne pas. Regardez, vous voyez toutes les tâches noires dans l'ovaire ? Ce sont des follicules qui ne se sont pas transformés en ovule. Vous avez un syndrome polykistique des ovaires.

 

La jeune femme tente de ravaler ses larmes. En vain. Les médecin s'en rend compte.

 

- Mais il ne faut pas pleurer ! C'est pas grave ! Ca se traite. Vous êtes suivie par le dr Bébé ? Il va très bien s'occuper de vous. La prochaine fois que vous viendrez, ce sera pour l'échographie de votre bébé, vous verrez. Pour vous faire sourire, je vais vous montrer des échographies de grossesses (cette idée de montrer des photos de bébé, à une femme qui vient d'apprendre qu'elle n'ovule pas bien fera l'objet d'un prochain billet).

 

Ecran noir. Dans la rue, la jeune femme est assise sur un banc, au soleil, les yeux baignés de larmes.

 

- Chéri ? Je sors de chez le médecin. J'ai un problème aux ovaires

 

Ecran noir.

 

Deux semaines plus tard, dans le cabinet du docteur Bébé.

 

- Les ovaires polykistiques sont un phénomène assez courant. Mais les femmes ne savent pas toujours qu'elles l'ont. Cela veut dire que vous n'ovulez pas toujours. Si vous ne retrouvez pas vos règles, prenez du Duphaston. Je vous propose de faire des courbes de température pendant 3/4 mois. Et on se revoit en septembre, si vous ne tombez pas enceinte d'ici-là.

 

Fin de l'épisode 2.

Repost 0
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 12:41

Scène d'ouverture : une fille discute avec son Homme. Ils sourient.

 

Ecran noir.

 

1 mois plus tard, dans le cabinet d'un gynécologue.

 

- Je vais arrêter la pillule. Avec mon ami, nous avons décidé d'avoir 1 bébé.

- Ah très bien ! Je vais vous faire faire un bilan sanguin. Et de l'acide folique. C'est bien d'en prendre en prévention, avant la conception.

 

Ecran noir. 1 semaine plus tard.

 

- Allo ?

- Bonjour, c'est le cabinet du docteur Bébé. On a eu vos résultats d'analyse. Il faut que vous reveniez voir le docteur, pour en parler avec lui. Vous n'êtes pas immunisée contre la rubéole. Mais ne vous inquiétez pas.

 

Ecran noir. 1 semaine plus tard.

 

- Vous n'avez jamais fait votre rappel de vaccin pour la rubéole. Il faut le faire le plus rapidement possible. Mais en attendant, vous ne devez pas tomber enceinte. Il faut attendre 3 mois de plus, après le vaccin, que le temps d'incubation soit écoulé.Tomber enceinte et attraper la rubéole peut être très dangereux.

- Ah... d'accord. C'est un mal pour un bien alors. Heureusement qu'on s'en est rendu compte tout de suite.

 

Pilule pendant trois mois de plus. Fin de l'épisode 1.

 

Repost 0

Présentation

  • : C'est pas la mère à boire
  • C'est pas la mère à boire
  • : Les aventures d'une jeune femme qui essaye d'avoir un bébé, tout en gardant le sourire malgré les difficulté. Car faire un bébé, c'est pas la mer à boire, si ?
  • Contact

Vous aimez ? Votez !

Recherche